Mesures annoncées par François Hollande – La question de l’inéligibilité des élus corrompus

Lors de son intervention hier sur l’affaire Cahuzac, François Hollande a déclaré que les élus condamnés pour fraude fiscale ou corruption seraient interdits de tout mandat public. Le Président de la République reprend ainsi l’une de nos 7 propositions sur lesquelles il s’était engagé pendant la campagne présidentielle.

L’inéligibilité à vie des élus condamnés pour corruption peut-elle déclarée anti-constitutionnelle ?

Comme de nombreux observateurs aujourd’hui, nous nous sommes également posé la question. Le Conseil constitutionnel ayant censuré en 2010 l’article L.7 du Code électoral qui prévoyait une inéligibilité automatique pour les élus condamnés pour des délits financiers, nous avions aussi des doutes quant à la compatibilité de l’inéligibilité à vie avec la constitution et la Déclaration européenne des Droits de l’Homme. Ainsi, notre proposition initiale était de porter de 5 à 10 ans le plafond de la peine d’inéligibilité des élus condamnés pour corruption.

Nos recherches complémentaires nous ont depuis conduits à considérer que seule l’automaticité de cette peine serait contraire aux droits fondamentaux, au nom du principe fondamental de l’individualisation des peines. Par ailleurs, toute peine prononcée à vie doit toutefois pouvoir faire l’objet d’une procédure de réhabilitation ou de modification.

Dès lors, nous estimons que dix ans d’inéligibilité devrait être un minimum et non pas un maximum et qu’il faut donner la possibilité aux juges, au cas par cas, d’aller plus loin jusqu’à pouvoir prononcer une inéligibilité à vie pour les malversations les plus graves.

Une telle peine existe-t-elle dans d’autres pays ? 

La peine d’inéligibilité existe dans plusieurs autres pays. Au Danemark par exemple, une personne qui a été jugée coupable pour un « acte considéré comme indigne par le public » ne peut être élue au Parlement. 

 

One thought on “Mesures annoncées par François Hollande – La question de l’inéligibilité des élus corrompus

  1. Il serait temps de passer à la 6ème République. Ok pour la fin des cumuls, OK pour la fin de l’IRFM et autre avantage des députés (avion, train, bateau), OK pour réduire de moitié les députés et sénateurs, OK pour la fin des retraites dorées et autre avantage des présidents de la République, OK pour la destitution des magistrats (procureur et juge) qui enterrent ou blanchissent à coup de non-lieu ou de prescription les dossiers Politico-financière, OK pour la fin de la légion d’honneur (tous les procureurs de Paris l’ont pour service rendu), OK pour un référendum annuel, OK pour un septenat présidentiel, OK pour une restitution des bien mal acquit des hommes politiques, OK pour quand un homme politique vol un œuf il soit condamné pour un bœuf (un élu n’est pas un citoyen lumbda), OK pour que la justice soit plus rapide pour les politiques, OK pour de la prison et non du sursis, OK pour le etc..

Répondre à Monchâtre Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *